• Barrios Latinos

ALBUM(S) DE MARS


Dom la Nena - « Tempo »


Pour son troisième album Tempo la violoncelliste brésilienne nous embarque dans une ambiance épurée parfois céleste. Inspirée par ses influences baroques, un esprit pop et la bossa nova de son pays, elle y questionne la valeur du temps et la force du souvenir. Comme une bande sonore de son monde intérieur, Dom La Nena transmets avec précision et technicité les réflexions de cette nouvelle phase de sa vie marquée notamment par la naissance de sa fille. En mêlant l’espagnol, l’anglais et le français, la musicienne puise dans toutes les facettes de son identité et propose un temps de calme et de rétrospective pour se permettre de rêver.




Joao Selva - « Navegar »


Le brésilien João Selva propose dans son album Navegar une épopée légère et tropicale inspirée de ses nombreux voyages sur les rives de l’ « Atlantique noire » génératrice d’hybridation musicale tel que le soutient Paul Gilroy dans le livre du même nom. Entre jazz, funk, disco et rythmes afro-brésiliens ; Joao Selva et le producteur et instrumentiste Bruno Patchworks nous proposent un temps de pause dans ce contexte d’enfermement collectif. Ode à la créolité, les deux acolytes mêlent librement des éléments africains, latins, américains et des cultures des Caraïbes avec une pointe de rythmes apportés par les anciennes colonies portugaises comme le forro, le kompa, le funaná ou le semba dans un album aux élans de changements. .




Eugenia Sasso - « Luz incierta de las horas anhelantes »


Eugenia Sasso nous offre avec ce second album une envolée en douceur vers l’intime. La guitariste et chanteuse argentine nous pose la question de ce qui nous attends avec un disque riche qui mêle boléro, milonga, jazz et bossa. Et comme c’est toujours les concernés qui en parlent le plus justement, on te laisse sur la description qu’elle a faite des intentions qui nourrissent Luz incierta de las horas anhelantes : « ce disque traite du désir, de son insistance et de son absence. J’aime à penser qu’il y a un air de questionnement. Dans ce disque j’essaie d’aborder les images, les souvenirs, les esprits et fantasmes qui nous traversent et resurgissent sous forme de point d’interrogation ». Il n’y a plus qu’à écouter pour essayer d’y apporter une réponse !


Bonus, Cuarteto Continental de Alberto Maraví - « Cumbia Pegaditas. Vol.5 »


Fondateur d’Infopesa Records, le label péruvien fondé en 1971 qui touche autant à la cumbia, au boléro, à la chicha ou à la salsa, le label lui rend hommage un mois après sa mort avec une réédition de « Cumbia Pegaditas. Vol.5 ». Cette série d’albums par le fameux Cuarteto Continental de Alberto Maraví est le 5ème volume de ces albums dédiés à la cumbia et à la musique tropicale qui ont transformé des thèmes tels que « La Medallita », « Dile » et « Costeñita » en hits qui ont voyagé aussi bien en Colombie, au Mexique qu’au Vénézuela. Cet album continue de prouver que la cumbia n’a pas dit son dernier mot. En mélangeant le plaisir du rock, du huayno et de la valse, elle possède tout ce qu’il faut pour danser toute la nuit sur ces airs inconnus et pourtant si familiers.





8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout