• Barrios Latinos

Barrios Latinos se lance dans le ciné (2) : semaine brésilienne

ORFEU

Pour commencer, le classique Orfeu Negro te replongera dans l’imaginaire flamboyant du carnaval sur fond de drame romantique. Inspiré du mythe grec Orphée et Eurydice, les amants maudits ne pourront jamais se retrouver ni en Enfer ni dans les favelas de Rio. On y retrouve l’intensité de leur histoire mélangée à la douceur de la bande sonore, la bossa nova des années 60 par ses créateurs Carlos Jobim, Vinicius de Moraes et Luiz Bonfá. Si tu as le temps de rêver, on te conseille ce petit voyage dans un autre univers, coloré mais pas moins mélancolique.



Moro no Brasil

Mika Kaurismäki, réalisateur finlandais nous raconte son histoire d’amour avec la musique brésilienne qui a muri après 20 ans de vie commune. Il nous fait découvrir ainsi qu’à deux de ses copains présents dans le film, l’éclectisme des genres brésiliens à travers les rencontres qu’il a pu y faire. Film très personnel tourné en plans séquences rapides, on y retrouve la chaleur humaine que Mika a pu rencontrer dans ses explorations du pays, du Nordeste à Rio.




A musica segundo Jobim


Une fois qu’on a découvert les richesses de la musique brésilienne, on peut (et on dirait même on doit) se concentrer sur les personnages emblématiques qui l’ont fait évoluer et s’internationaliser. Ici, on te raconte l’histoire d’Antonio Carlos Jobim qui fait partie de ce mouvement et qu’on ne remerciera jamais assez d’avoir existé ! Tu as surement déjà roulé vos hanches sur son grand succès « The Girl From Ipanema » ou bien sur la reprise du grand Joao Gilberto et du langoureux Stan Getz. Que ce soit le cas ou non, on ne t'en dit pas plus mais vous pouvez suivre les yeux fermés à Nelson Pereira dos Santo, réalisateur de la nouvelle vague brésilienne qui t'accompagnera sur les pas du touche-à-tout brésilien.




Raul Sexas

Raul, c’est le rockeur rêvé : rebelle anti capitaliste sous régime dictatorial. C’est aussi un artiste à la voix tantôt suave tantôt gémissante ou perdue dans les vapes psychédéliques avec un bref passage obscurantiste rempli de belles femmes, d’exil et cure de désintox. Bien qu’elles finissent toujours mal, ces histoires racontent une certaine volonté de vivre à temps plein et de créer un monde nouveau ou tout serait beau. C’est cette tentative de construction d’une société alternative par la rockstar brésilienne que nous permet de découvrir Walter Carvalho.





Tim Maia


Et on finit avec encore un peu de douceur, de soleil et de funk parce qu'on ne sait pas vous, mais nous on en est complètement mordus. Et Tim Maia, c’est quand même un bel exemple de riffs rythmés, de voix soul nonchalante, de cuivres jazzys ou percutants, bref de funk brésilien. Mauro Lima retrace son parcours de son enfance à Rio de Janeiro à sa mort brutale à 55 ans des abus de drogues en tout genre. Ses tubes repris aujourd’hui de la Cité de Dieu aux télénovelas ne risquent pas de te lasser tout de suite. On te conseille donc de plonger dans son univers grâce à cette première porte d’entrée, et on te laissera méditer sur le refrain de l’un de ses morceaux qui prend aux tripes :

J'ai beaucoup à raconter, dire que j'ai appris

Que dans la vie il faut comprendre

Que certains naissent pour souffrir tandis que d'autres rient

Mais ceux qui souffrent toujours doivent chercher

Au moins trouver une raison de vivre

Voir dans la vie quelque motif pour rêver

Avoir des rêves tout bleus

Bleu couleur de mer.





Elise

 

Graphiste : Alice Carnec