• Barrios Latinos

Barrios Latinos se lance dans le ciné (1) : semaine cubaine

Mis à jour : avr. 8

#CUBA


Buena Vista Social Club (1999) & Buena Vista Social Club : Adios (2017)


On commence avec les basiques. Buena Vista Social Club c’est le documentaire qui te plonge dans la réalité du Cuba dont tu as toujours rêvé : air marin, vieilles voitures américaines, cigares et musiciens à chaque coin de rue. Et surtout, l’histoire d’un des groupes les plus connus du pays : Buena Vista Social Club. Au fil des interviews, enregistrements en studio et concerts de ces légendes on découvre la musique mélancolique qu’est le son cubain et qui caractérise l’âme du peuple de cette île. Au printemps 1998, Wim Wenders décide d’accompagner Ry Cooder à Cuba pour filmer l’enregistrement d’un album avec Ibrahim Ferrer et ses compagnons. Il nous permet alors d’entrevoir leur réalité et leur talent avec légèreté et humanité, comme en témoigne l’oscar du meilleur documentaire obtenu en 2000. Et si tu n’en as pas eu assez la version de 2017 de Lucy Walker, intitulée Adios en hommage à la dernière tournée du groupe, saura boucler la boucle pour vous.



Chico & Rita (2011)


Lorsque le jeune pianiste Chico rencontre la chanteuse Rita dans les rues de La Havane, c’est le coup de foudre. Ce voyage dans les souvenirs d’un amant désillusionné évoque les aléas de leur passion et le parcours qu’un.e jeun.e musicien.n.n.e cubain.e doit affronter dans les années 50 pour trouver le succès, entre un New York en effervescence et une révolution cubaine. Une petite histoire du jazz afro-cubain dont la BO signée Bebo Valdes, rend hommage aux plus grands artistes de cette époque, de Charlie Parker a Chano Pozo en passant par Ben Webster tout en mettant en avant la voix tendre d’Idania Valdés qui achève de sublimer Rita. Chico & Rita est finalement un croisement level up du drame romantique et du rêve américain, un hommage sensible à la musique cubaine vue par un Espagnol transi.



El Benny (2006)


El Benny à la sauce de Jorge Luis Sánchez la vie du musicien cubain Benny Moré. Plonge-toi dans le Cuba des années 50 pour redécouvrir celui qui est considéré comme l’un des emblèmes de la musique cubaine, tout particulièrement du son, mambo et boléro. De l’ascension de Benny au cours de ses premières tournées à travers le Mexique ou le Vénézuéla, jusqu’à sa déclaration d’indépendance personnelle : la formation de son orchestre “La Banda Gigante”. Renny Arozarena lui redonne vie et remportera même le Boccalino du meilleur acteur pour sa performance. El Benny te donne envie de réécouter l’entière discographie de Benny Moré dès l’apparition du mot Fin, et c’est toujours bon signe. En plus, il est disponible sur Youtube donc plus d’excuses !



Yo Soy del Son a la salsa (1996)


Si toutes ces fictions t’ont donné envie d’en savoir plus sur l’histoire de la musique cubaine, aucune hésitation à avoir sur ce documentaire sorti en 1996. Réalisé entre Cuba, New York, Puerto Rico, La Havane, les montagnes de Guantánamo, et l’Orient Cubain il recompose pour nous les origines complexes de la Salsa. Sous la tutelle du fameux chanteur cubain des années 90, Isaac Delgado, on rencontre un à un les pionniers du Son cubain à l’image de Benny Moré, Trio Matamoros, Ismael Rivera, Machito et bien d’autres… Rigoberto López nous délivre l’histoire du son latino avec l’aide de Ralph Mercado, fondateur du label RMM afin de promouvoir la musique afro-latine, et c’est rien que pour vos beaux yeux.


Dispo sur Youtube en VO

Habana Blues (2005)

Habana Blues c’est le film à voir si t’as envie de décrocher. Laisse-toi porter par les galères de Ruy et Tito, deux jeunes musiciens cubains qui veulent percer et découvrir le monde. Passionnés de musique depuis l’enfance, ils enchainent petit boulots et séances de studio pour essayer de se faire repérer et enfin tourner dans toutes les villes d’Europe alors que deux producteurs espagnols débarquent à Cuba. Prix Goya de la meilleure bande sonore originale, Habana Blues te fait découvrir le rock’n’roll cubain, un oeil nouveau sur la scène cubaine actuelle. Benito Zambrano, réalisateur espagnol ne voulant pas trahir le Cuba qu’il a appris à connaître après 12 ans de vie commune, nous présente un portrait de la jeunesse cubaine actuelle qui exhume de doux souvenirs de l’Auberge Espagnole et son universalité.


Bon visionnage ! (Et vous pouvez retrouver notre petite playlist pour faire durer le plaisir)

Elise

 

Graphiste : Alice Carnec