• Barrios Latinos

Fête de la musique : immersion en terre chilienne

Mis à jour : févr. 12

#CHILI


Le 4 octobre, à l’occasion de l’anniversaire de Violeta Parra - auteure, compositrice, interprète mais aussi peintre et sculptrice, célèbre pour avoir diffusé la musique traditionnelle chilienne - le Ministère des Cultures, des Arts et du Patrimoine organisait le “Día de la música chilena” (journée de la musique chilienne) dans différentes villes du pays et nous avons assisté à celui du Stade National de Santiago.


A l’entrée, les organisateurs nous offrirent un verre en plastique recyclable de forme “ecocup” sous prétexte qu’ils prêtaient attention à l’empreinte écologique du festival. En réalité, il n’y avait pas de point de vente de boissons. Il était uniquement possible d’acheter de l’eau ou des sodas en bouteille mais il n’y avait pas de vente d’alcool. Les ecocup étaient donc une production de plastique assez inutile.


Le site de l'événement était idéal avec un grand espace, une scène imposante et une magnifique vue sur la cordillère des Andes au fond. L’ambiance était donc parfaite pour profiter pleinement de la musique et de la journée.


Le site de cette journée, au stade national de Santiago du Chili, magnifique vue sur la Cordillère des Andes

Pendant plus de onze heures, les artistes se sont succédé·es mais nous sommes arrivés un peu après le début, nous ne pourrons donc malheureusement pas parler des artistes comme María Esther Zamora, Pepe Fuentes, Atómico, Acoustic on Fridays et La Combo Tortuga, que nous te conseillons toutefois d’aller découvrir.


La première artiste que nous avons écoutée était la rappeuse d’Antofagasta nommée Flor de Rap. Avec des textes profonds et une voix incroyable, en chant comme en rap, elle a complètement secoué le jeune public présent à cette heure de l’après-midi. Les danseuses et autres chanteurs complétaient le spectacle en apportant une grande énergie.


Ensuite, Mariel Mariel a mélangé cumbia et bachata avec de la trap, nous devons admettre que si ce mélange a parfois très bien fonctionné, créant ainsi un rythme presque addictif, par moment ce mélange s’avérait plutôt chaotique.


Concernant le groupe suivant, nous étions prévenu·es car nous avions écouté au préalable sur Internet et ils ne nous avaient pas totalement convaincus. En réalité, le son était bien meilleur en live. Ils nous ont offert une grosse demie-heure de pop rock chilien et à leur arrivée, toutes les personnes assises dans le parc se sont levées, toutes générations confondues, pour s’approcher et chanter avec le groupe.


Le premier groupe à faire “exploser” le public était Movimiento Original, principalement du reggae, parfois mélangé au hip-hop dont l’alternance de morceaux et de freestyle fut un vrai plaisir à écouter. Toutes les mains étaient levées et bougeaient au rythme de la musique.


Pendant quelques minutes de pause, DJ Acref a joué, seul, quelques titres de Skrillex avec de la cumbia, du rap, de la trap et d’autres styles qui n’ont absolument pas fonctionné. L'atmosphère était d'autant plus pesante que le public, sur ces rythmes hasardeux restait complètement immobile.


A propos de Pedropiedra, nous ne savons que dire: c’est un compositeur et musicien chilien d’indie-pop et pop-rock, considéré, nous ne savons pour quelle raison, comme un héros de la musique chilienne.




Les trois derniers artistes se sont succédé·es, formant un crescendo d’intensité musicale et politique. Le premier, Villa Cariño, a présenté un ensemble de nouvelle cumbia chilienne avec des paroles comme “Politica, Amor y Revolución” - certes un peu superficielles - et avec un grand nombre d’instruments parmi lesquels les congas, les timbales et la flûte, ajoutèrent une autre dimension au concert.


Puis est arrivé l’incroyable Alex Anwandter et ses chansons électro pop intenses pleines de sens. Sa présence scénique et son attitude ainsi que sa voix et sa précision technique rendaient le spectacle encore plus impressionnant et envoûtant.


Enfin, le clou du spectacle fut Ana Tijoux et ses musiciens. Elle a construit sur scène un style particulier de rap mélangé aux swing des cuivres et l’a transformé en une prouesse terriblement élégante, tout à fait à son image. Elle a largement approfondi le thème du féminisme dans sa musique, qui était déjà un pilier important de cette journée d’hommage à Violeta Parra.


Nous te laissons ici la playlist de nos découvertes de cette journée !.



Et sur Youtube par ici !


Cette journée nous a permis de nous approcher un peu plus de la musique et de la culture chilienne, de découvrir différents mélanges de styles musicaux et de nous donner envie de les partager avec toi.


On espère que ça te plaira !


Clara et Thibaut

0 vue
 

Graphiste : Alice Carnec