• Barrios Latinos

Vibra Alto : une grande famille de percussionnistes

Mis à jour : avr. 24

Après avoir vu leur performance au carnaval de Salvador de Bahia, nous avons rencontré Mauro de Vibra Alto, le “chef d’orchestre” de cette grande famille de percussionnistes de samba reggae qui nous a tant réchauffé le coeur et les gambettes !


L’histoire du groupe et la philosophie


Mauro découvre la musique il y a 7 ans lorsqu’après une rupture il cherche à faire de nouvelles rencontres. Il rejoint alors un groupe de son quartier et découvre la musique et ses miracles.


“J’ai découvert un monde incroyable ou tu peux créer du lien avec des personnes venant d’horizons complètement différents”.


Suite à cette révélation, il prend des cours de musique pendant deux ans puis lance Vibra Alto avec deux camarades toujours membres du groupe avec une seule envie: “partager l’énergie qui se dégageait lorsqu’on jouait ensemble pour la rendre la plus intense possible”. Et c’est ainsi que le groupe se retrouve 5 ans plus tard à jouer au carnaval le plus dynamique et intense du Brésil, Salvador de Bahia “là où est née la musique qui nous unit”.


Ce groupe qui compte aujourd’hui 18 percussionnistes, Mauro le voit comme une grande famille et c’est comme ça que le public le ressent.


“Les gens sentent que nous sommes un groupe humain qui transmet une énergie positive quand il joue, et qui essaie de la rendre contagieuse”




Mais cet état d’esprit ne s’est pas créé tout seul et il a fallu du temps à Mauro et ses compagnons pour l'accomplir avec Vibra Alto. C’est finalement la volonté de créer une réelle solidarité entre les musicien·nes qui primera, et son éducation musicale n’y est pas pour rien.


“J’ai grandi dans la zone portuaire de ma ville qui est un échelon social très bas dans lequel le carnaval se vit très intensément. J’y ai appris que les groupes d’appartenances psychologiques sont très importants pour la vie sociale de tous. J’avais donc envie de créer un groupe d’appartenance pour tous ceux qui intégraient le groupe, qu’ils se sentent reconnus, et qu’ils puissent venir parler au groupe dès qu’ils ont un problème. Que ce soit pour un coup de main, s'ils ne peuvent pas s’acheter un nouveau tambour ou payer les frais de tournée”.


Mauro a donc créé une véritable famille basée sur la solidarité et la camaraderie qui représente aujourd’hui une groupe de la grande famille des percussionnistes de samba-reggae.


Venue au Brésil et Métissage des cultures


Ce passage à Salvador a été révélateur pour le groupe. C’était la première fois qu’ils jouaient aussi longtemps et en dehors de leur pays. Cette expérience si forte, Mauro peine à la décrire car la chair de poule s’empare de lui rien qu’à l’évoquer. Ils sont bien décidés à ramener tout ce qu’ils ont appris en Argentine et remercient Tambores e Core la batucada brésilienne qui les a invité à jouer, leur a prêté les instruments, leur a ouvert grand la porte de leur ville et de leur chez-soi.


Tout en surveillant l’avancée de sa machine à laver, Mauro nous explique qu’avant d’avoir joué à Salvador, leurs représentations ne duraient qu’environ 30 minutes, mais cette performance de 3 heures les a obligé à s'entraîner rigoureusement.


Le groupe se réunit d’habitude une fois par semaine pour répéter le jeu et les mesures mais aussi la résistance physique qui détermine une partie de la performance : chaque instrumentiste joue d’un tambour différent qui sonne différemment et a un rôle précis à jouer.


Mauro permet à toute cette énergie d’être canalisée grâce au soutien inconditionnel qu’il apporte aux musiciens : il leur apporte de l’eau, les guide avec des phrases d’encouragement “frappe le avec envie j’ai envie de t’entendre !”, signale les changements de rythmes, ou éloigne les relous pour que l’osmose se crée entre eux et le public et que tout le monde en profite ! Mais il tient à préciser qu’il n’est pas le chef de Vibra Alto, il est le directeur d’un groupe qui fonctionne de manière horizontale.


Les projets pour le futur


Cette expérience pleine d’humanité et d’ouverture a laissé Vibra Alto extatique et rempli d’énergie pour continuer leur chemin. Comme nous l’explique Mauro, les ambitions ne sont pas démesurées mais simplement de “jouer 5 minutes de plus”, “ de continuer à s’améliorer musicalement ensemble vers où leur coeur les mènera, en profiter et le partager. Pas plus, pas moins.”


Mais on sent tout de même que sous ces paroles modestes, les envies bouillonnent: mélanger les genres (ils travaillent aujourd’hui sur un enregistrement d’une mosaïque d’Ile Aiye avec un chanteur local El Bardito). Continuer les tournées (en Europe par exemple, comme l’a fait l’un de ses professeurs Ezequiel Szusterman en France avec les groupes Sambastone et Pomelé), à rencontrer des personnes et des expériences inspirantes…


Et on sent ici que Vibra Alto s’inscrit bien dans la continuité de la samba, car leur volonté de mêler les influences et les genres qu’ils rencontrent ne quitte pas Mauro


“Je pense que les gens qui se ferment perdent de vue le fait que leur genre est seulement une branche d’un arbre gigantesque qui embellit en enrichissant ses couleurs, ses saveurs et ses intensités”.


Si tu ne l’as jamais vécu, on te conseille si tu en as l’occasion d’aller faire un tour à Salvador (seulement si c’est en voilier ou à pied, on fait attention à la planète) surtout si Vibra Alto y joue ! Ca serait l’occasion de les éteindre car après l’émotion que vous ressentirez, vous ne pourrez qu’être en accord avec Mauro et sa conception des embrassades faites pour sentir et pas pour penser. Merci à Mauro d’avoir partagé avec nous son expérience et à Vibra Alto pour ce superbe spectacle qui nous as laissé l’esprit rempli d’énergie positive.


Découvres-en un peu plus sur le samba reggae avec la première partie de notre rencontre avec Mauro


Tanguy, Sophie, Elise


 

Graphiste : Alice Carnec