• Barrios Latinos

ZZK, le label argentin que l’on ne présente plus

Mis à jour : févr. 27

Mi-Janvier, en parcourant les propositions de soirées parisiennes, notre oeil a été attiré par la description d’un évènement au nom intriguant et étranger : ZZK night. En s’y intéressant de plus près, certains termes nous ont mis du baume au coeur tels que « musique traditionnelle galicienne », « Nicolas Cruz », « violoniste », « musique des andes » ou encore « synthétiseurs électroniques ». On s’est alors intéressés plus en profondeur à l’un des plus importants labels argentins ZZK qui anime la scène internationale et avons même réussi à décrocher une interview avec l’une de leurs plus récente collaborations, le DJ et violoniste colombien Montoya.


ZZK : les débuts


Lorsque l’on s’intéresse à ZZK, un nom ne cesse de ressurgir : El G. Grant C.Dull, le fondateur de ce label argentin basé à Buenos Aires, souhaite moderniser les sons traditionnels d’Amérique du Sud afin de parvenir à un mélange entre culture urbaine et tradition. Il crée d’abord un collectif événementiel qui donnera lieu en 2008 à ce délicieux mélange et à une nouvelle lignée d’artistes s’inscrivant dans le courant de la Digital Cumbia, comme ils se définissent.


La digital cumbia, s’inspire des rythmes et mélodies de la cumbia sud-américaine en y ajoutant la modernité de la musique électronique. En tant qu’amateurs et non experts de cumbia, nous avons voulu savoir en profondeur ce que cela impliquait.


Petite histoire de la Cumbia


La Cumbia naît officiellement en Colombie, de la rencontre entre les cultures aborigènes colombiennes, espagnoles et africaines en Amérique du Sud suite à l’arrivée des conquérants espagnols esclavagistes. Ses origines remontent au XVIIIème siècle quand la nostalgie des mélodie indigènes se mêle à l'allégresse des tambours africains.


Ce rythme s’exporte dans les pays antillais et américains, entre autre au Brésil, au Panama ou au Venezuela après les migrations de population. Ces sons, étroitement liés à la danse, voient apparaître des variantes selon les pays qui l’adoptent.





Sa forme initiale est simplement instrumentale, exécutée traditionnellement par les tambours, la flûte de millo en roseaux, la cornemuse espagnole, les maracas et le guache (percussion à agiter colombienne). Lorsqu’elles sont présentes, ses paroles traitent souvent de la souffrance paysanne, elle permet de célébrer la vie afin de continuer à lutter pour survivre.


Cumbia Digital


D’abord inspiré de la scène argentine et d’une soif de renouvellement, El G commence à organiser des évènements autour d’artistes fusionnant musiques électroniques et sonorités traditionnelles.


Montoya, qui a rejoint le label en 2019 le décrit comme « un travail de révélation » d’artistes et de sonorités propres à l’Amérique latine.


« Nous avons l’immense chance d’avoir une pluralité de folklores, presque aussi immenses que nos ressources naturelles et ZZK a rempli son rôle en permettant d’en dévoiler une partie que ce soit en Colombie, au Pérou, au Mexique et dans le reste de l’Amérique du Sud»


Depuis son développement, ZZK a su conquérir les coeurs outre-mer. Selon John Montoya :


« Le public ne cesse de s’agrandir et le label gagne toujours en crédibilité. Peu importe que le public soit hispanique ou européen parce que quand ils dansent il n’y a pas de différence. C’est un public curieux, qu’il soit d’origine hispanophone ou non ».



Vous pourriez croire à une entourloupe commerciale de notre part, mais l’inscription « Complet » sur la page Facebook de l’évènement au Hasard Ludique nous prouve le contraire. Le Hasard Ludique, salle parisienne partenaire maintenant régulière de ZZK, a pris l’initiative de contacter Montoya, Uji et Chancha il y a deux ans pour organiser la première ZZK Night, et ils ont eu du flair.


Des artistes authentiques


Comme nous l’avons déjà dit, la majorité des artistes sont sud-américain·es, et partagent par le label leur capital immatériel à savoir leurs traditions mais également leur lien avec la nature.


« Je crois que c’est la partie fondamentale du label, le lien avec la tradition, mais retranscrit en langage contemporain. L’origine de son existence qui fait qu’il est original et authentique»


Les habitant·es d’Amérique du Sud entretiennent de par les croyances amérindiennes des incas péruviens, un lien spécial avec la nature, la Déesse Terre ou Pachamama.


« La nature est notre mère et notre muse, celle d’ou l’on vient

et ce que nous allons devenir. »



Couverture de l'album Rió Arriba de Chancha Via Circuito


Pour Montoya, « la musique devrait être un rêve dans lequel on veut se plonger », comme dans un grand lac et les artistes du label y parviennent en proposant une musique mystique qui vous pénètre (parfois) et vous émeut (toujours).


ZZK, c’est pas près d’être fini


Aujourd’hui devenu l’un des plus gros labels électroniques argentins, ZZK s’est installé également à Los Angeles, organise des tournées mondiales et produit des documentaires.


Ils ont même monté un second label, Aya Records pour produire et partager les nombreux talents du continent, au delà de la cumbia avec comme premières trouvailles Mateo Kingman, EVHA et Rio Mira.


Histoire de conclure en beauté, voici un panel non-exhaustif de nos coups de coeur et une petite playlist pour accompagner la fin de ta lecture !




ARTISTES


La Yegros


La Yegros, c’est Marina La Yegros, qui propose dans sa musique un métissage de cultures comme elle le décrit, entre ses racines argentines, les rythmes polonais, les chants africains, indiens et sud américains. Sa cumbia, atout féminin dans une scène excessivement masculine, offre un merveilleux mélange de rythmes avant-gardistes mélangés à une voix puissante qui nous transporte dans la chaleur d’un réveil ensoleillé.


Chancha Via Circuito


Chancha Via Circuito ou Pedro Canale, est le représentant argentin de la musique andine. Il met à profit les instruments traditionnels tel que le charango, instrument à cordes pincées des peuples autochtones, ou la flûte en y ajoutant des percussions hypnotiques Laisse-toi porter par le courant, tu ne sera pas déçu·e.


Nicolas Cruz


Nicolas Cruz explore les mythes et folklores de ses racines équatoriennes en les mélangeant aux codes musicaux occidentaux dans lesquels il a grandi. Signé chez ZZK depuis 2012, il propose une musique transcendantale aux mélodies légères comme un souffle d’air frais.


Montoya


Montoya, en connaissance de cause, est un artiste qu’il faut voir en live. Muni de ses platines et de son violon, il propose dans son album Otun une musique narrative qui mêle sons de la forêt, rythmes de salsa ou mélancoliques, chants traditionnels et même des pierres pour vous emmener à la découverte des merveilles de son pays.


Elise

18 vues
 

Graphiste : Alice Carnec